Tea time au Meurice, Paris - Cédric Grolet

Tea time au Meurice, Paris – Cédric Grolet

J’ai profité de ma courte virée parisienne à l’occasion de la remise des prix Relais desserts pour aller tester le tea time du Palace le Meurice, et plus particulièrement les pâtisseries de Cédric Grolet.

Chef pâtissier du Meurice depuis 2012, Cédric Grolet est incontestablement un des pâtissiers les plus en vue du moment, et ce n’est pas pour rien qu’il a été élu meilleur pâtissier 2016 par l’association des Relais Desserts et meilleur pâtissier de restaurant au monde 2017 par l’association Les Grandes Tables du Monde.

Son compte Instagram, à la fois un régal pour les yeux et une torture, regorgeant de photos de ses créations, en particulier les fameux « fruits sculptés » comme le citron, la cerise ou la pêche. Ils sont devenus sa marque de fabrique, des œuvres d’art autant visuellement que gustativement et qui varient au gré des saisons.

J’ai eu la chance de le rencontrer et d’échanger avec lui lors de mon tea time, avant qu’il ne s’éclipse pour honorer les nombreuses sollicitations dont il fait l’objet. Il est d’une très grande gentillesse et je le remercie pour le temps qu’il a pris pour nous présenter et nous expliquer chacune des pâtisseries à la carte ce jour-là.

 

Cédric Grolet - crédit photo : Pierre Monetta

      Crédit photo : Pierre Monetta

Les pâtisseries à la carte :

Tea time au Meurice, Paris - Cédric Grolet

 

On commence donc notre dégustation par la cerise, un des fruits sculptés qui ont, entre autre, fait sa renommée. Visuellement c’est bluffant, on a une véritable cerise taille XXL qui trône au milieu de l’assiette. C’est tellement simple et beau qu’on se demande pourquoi personne n’as eu l’idée avant ? Peut-être parce que c’est une véritable prouesse technique, et chaque fruit sculpté demande énormément de temps et d’essais avant que la recette ne soit validée (à titre d’exemple il travaille depuis 4 ans sur la fraise sculptée, sans avoir jusqu’à ce jour obtenu le résultat escompté).

Cette cerise est un très beau mariage entre la cerise, bien sûr, et l’estragon qui lui est associé. Les goûts sont très prononcés, sans demi-mesure, donnant presque l’impression de croquer dans une cerise. La coque en chocolat n’est pas là que pour la déco, elle apporte une vraie texture craquante. Le résultat dépasse largement mes attentes, et bien qu’on puise être surpris par l’estragon dans un premier temps, il est parfaitement dosé (en auriez-vous douté ?).

 

Tea time au Meurice, Paris - Cédric Grolet

 

On passe ensuite à l’éclair citron/menthe. C’est mon coup de cœur de ce tea time, visuellement c’est un éclair, il n’est pas aussi spectaculaire que la cerise mais reste néanmoins parfaitement réalisé et très élégant.

A la première bouchée c’est une véritable explosion de saveurs dans la bouche, le confit qui garnit généreusement le centre de l’éclair est parfait, extrêmement puissant sans pour autant vous saturer les papilles. Les crêpes dentelles citronnées sur le dessus de l’éclair ne sont encore une fois pas que de la simple décoration, elles apportent une texture supplémentaire tout en gardant le fil conducteur de la pâtisserie avec un léger goût acidulé. Pour finir, la menthe est présente pour apporter un peu de fraîcheur, mais elle reste discrète et sublime parfaitement le citron. Je rêve encore de cet éclair, et surtout de pouvoir mettre la main sur sa recette !

 

Tea time au Meurice, Paris - Cédric Grolet

 

On termine enfin par le chocolat, une magnifique sphère aux différentes textures. Un serveur vient y verser une sauce au chocolat juste avant de la déguster, et le résultat est encore une fois parfait. C’est un dessert très fin et texturé, où la fleur de sel vient ajouter un peu de peps et évite qu’on ne sature sous le chocolat. Il est aussi à peine sucré, juste ce qu’il faut pour laisser le chocolat opérer sa magie.

Voilà pour les les pâtisseries que l’on peut commander à la pièce (il y en a 5 qui se renouvellent régulièrement) entre 20 et 25 € l’unité.

 


Le Tea time au Dali :

On entame donc la deuxième partie de notre tea time : le tea time à l’anglaise. C’est un petit plateau à étages, où l’on retrouve dans l’ordre : des petits clubs sandwich. Ils sont simples mais très bons, parfois il suffit juste de bons produits pour se régaler.

 

Tea time au Meurice, Paris - Cédric Grolet

 

Au deuxième étage on retrouve les scones tièdes, nature et aux raisins, servis avec de la clotted cream et de la confiture. Je ne suis habituellement pas très fan des scones, mais je dois avouer qu’au Meurice ils sont délicieux, en plus d’avoir une jolie forme cylindrique.

On termine au dernier étage par des petites pâtisseries. Au nombre de trois, nous avions ce jour-là une petite tartelette vanille, un mini Paris-Brest à la noisette et un cookie aux figues.

Je dois dire que je n’ai pas trop aimé la tartelette à la vanille … et j’ai presque envie de m’en excuser auprès de Cédric Grolet, il a été tellement sympathique avec moi que je m’en veux un peu de ne pas avoir aimé cette tartelette.
Elle n’est pas mauvaise, mais je ne retrouve pas la promesse de la vanille, prise séparément la crème est très agréable et a effectivement un bon goût de vanille. Mais quand on prend la tartelette dans son ensemble, j’ai un fort goût de noisette légèrement amer qui me vient en bouche, je pense que cela vient du praliné à la vanille qui se trouve au cœur de cette petite pâtisserie.

Mais j’ai lu beaucoup d’avis positifs sur cette tartelette à la vanille sur les réseaux sociaux, je pense donc que c’est une question de goût, je m’attendais sans doute trop à quelque chose qui se rapproche en terme de saveurs de la tartelette infiniment vanille de Pierre Hermé.

 

Tea time au Meurice, Paris - Cédric Grolet

 

Le petit Paris-Brest à la noisette est quant à lui un exercice maîtrisé. Il est très bon et je n’ai pas grand chose d’autre à en dire si ce n’est que c’est une bonne idée de proposer un Paris-Brest 100% noisettes.

Et enfin, le petit cookie aux figues, parsemé d’éclats d’amandes. Eh bien il est juste parfait ! Je ne m’attendais pas à manger un cookie aussi bon, encore une fois je veux la recette ! Il est croquant et sablé sur les bords, fondant à cœur. J’adore les figues et je ne suis donc pas très objectif, mais il est très peu sucré et est donc passé tout seul malgré tout ce que nous venions de déguster !

 

Tea time au Meurice, Paris - Cédric Grolet

 

Pendant le tea time il faut aussi savoir qu’une jeune pâtissière est passée deux fois : la première avec un Kouglof qui sortait du four, impossible d’y résister ! Et la seconde avec des madeleines vanille garnies de miel au propolis. On ne s’y attendait pas, et c’est une attention qui a semblé ravir tous les clients de la salle, la touche palace finalement !

Tarif : 50 € par personne.

 


Le mot de la fin :

Pour finir je tiens à remercier encore une fois Cédric Grolet et son équipe, pour la superbe après-midi que nous avons passée au Meurice, pour nous avoir fait visiter les cuisines malgré l’heure tardive et pour leur gentillesse et leur accueil.

 

Le Dali est un très bel endroit où le temps semble s’arrêter, le lieu parfait pour déguster des pâtisseries d’exception !
Il existe différentes formules pour l’heure du thé : pâtisseries à la pièce, le tea time au Dali ou un assortiment de 3 petites pâtisseries. Si vous avez les yeux plus gros que le ventre n’hésiter pas à demander que l’on vous emballe ce qu’il reste, vous ne choquerez personne (nous n’étions pas les seuls à avoir demandé à emporter ce que nous n’avions pu finir, a savoir les scones).

Un tea time d’exception sublimé par les pâtisseries de Cédric Grolet, à refaire !

 

Tea time au réstaurant Dali, le Meurice, Paris.
Tous les jours 15h30 à 18h.
Cartes et reservations

 

Le Dali

      Crédit photo : Pierre Monetta

 

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

2 réponses à “Tea time au Meurice, Paris – Cédric Grolet

  1. Je partage ton avis sur tout dans cet article, c’est drôle j’avais le même ressenti que toi sur cette tarte quand le chef Grolet me l’a fait gouter avant de la mettre sur sa carte… et comme toi, je m’en voulais presque de l’écrire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *